Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
a little matter whatever

Entre imaginaire et réel, bienvenue chez moi.Critiques et actualités littéraires, coups de coeur et découvertes. J'espère que vous trouverez votre bonheur. N'hésitez pas à partager vos avis ou à me contacter si besoin (alittlematterwhatever[at]gmail[point]com). A bientôt !

Le Palais des Ombres de Maxence Fermine ♪ The Hell Song ♪

Publié le 29 Novembre 2014 par alittlematterwhatever in Critiques littéraires, Michel Lafon, Partenariat

Le_Palais_des_Ombres_hdNathan vient de recevoir une lettre lui annonçant la mort de son père sa mort : drôle de nouvelle sachant qu'il connaissait à peine ce père. Pourtant, Nathan ne sait pas encore tout : il va hériter du Palais des ombres, l’étrange demeure de son défunt parent. Pour cela, une seule condition : retrouver un manuscrit que son père, auteur, avait caché dans la maison. Le Palais des Ombres lui réserve de nombreuses surprises : Nathan n’est pas au bout de ses surprises…

Ayant beaucoup aimé La petite marchande de rêve, j’avais hâte de me plonger dans Le Palais des Ombres dont l’ambiance sombre et inquiétante me faisait trépigné frissonner d'avance. Malheureusement, la magie n’a pas su opérer et je ressors frustrée de cette lecture. Il y a eu du positif : j'ai beaucoup aimé le décor du roman. L’action prend place dans le Paris des années 60 et j'ai pris plaisir à découvrir cette époque. La seconde guerre mondiale y marquait encore les esprits et j’ai trouvé que cela donnait un certain cachet au texte. La plume de Maxence Fermine est vraiment plaisante dans les descriptions : c’est poétiqueet vraiment bien écrit, sans alourdir le style. L’ambiance dans la maison est particulièrement bien dépeinte : l’auteur nous plonge immédiatement dans une atmosphère inquiétante. On en redemande. Mais si la poésie de Maxence Fermine est un régal lorsqu'elle est descriptive, elle m'a un peu plus gênée dans les dialogues. J’ai trouvé que ceux-ci manquaient de naturel, surtout lors des échanges entre Nathan et Hannah, sa voisine.
 
En parlant des personnages, une fois encore, il y a eu du bon et du moins bon. J’ai aimé Nathan pour son côté authentique. Je n’ai eu aucun mal à m’imaginer à sa place, ses réactions m’ont parues vraiment censées et n'ont fait qu’accroître mon malaise devant la bâtisse. Mon problème majeur du Palais des ombres a été le personnage d’Hannah. A vrai dire, je n’ai pas compris à quoi elle servait. Hannah est une héroïne insupportable, une Mary Sue sans réelle fonction dans l’histoire. Nathan a une question à laquelle il ne trouve pas de réponse, Hannah arrive et lui dit : « Ohh mais c’est sûrement ça » et Nathan se tape le front « Oh mais bien sûr, que je suis bête, tu es vraiment très intelligente Hannah ». De quoi se frapper la tête contre le mur ! Et si je pensais que la maison serait un élément clé du roman, j’ai vite déchanté. Je l'imaginais comme un personnage à part entière, alors qu'en fait pas du tout, l’histoire de la demeure est à peine abordée et finalement, elle n’apporte rien au dénouement de l’intrigue.
 
Car le voilà mon dernier souci : le final du roman. En refermant le livre, j’étais vraiment frustrée. Tout ce que je pouvais me dire c’était : « Tout ça pour ça ». Cette fin a su me surprendre mais finalement, pas dans le bon sens du terme. Les cinquante dernières pages ont, à mon sens, brisé tout l’intérêt du début du roman.
Le Palais des Ombres m’a montré que je préférais la plume de l’auteur dans un registre de contes. Je n'irais pas jusqu’à qualifier ce roman de raté mais j'en attendais autre chose, ce qui m’a bloqué dans ma lecture. D’autres blogueurs ont apprécié ce roman, n’hésitez pas à découvrir leurs avis ! (EnjoyBooks, Book'n'love...)  !

Un grand merci à Camille pour l'envoi et la découverte d'une ambiance vraiment particulière !


Le Palais des Ombres de Maxence Fermine
Edition Michel Lafon
388 pages - 19€95

Sum 41 - The Hell Song

Le Palais des Ombres de Maxence Fermine ♪ The Hell Song ♪
Le Palais des Ombres de Maxence Fermine ♪ The Hell Song ♪
Commenter cet article