Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
a little matter whatever

Entre imaginaire et réel, bienvenue chez moi.Critiques et actualités littéraires, coups de coeur et découvertes. J'espère que vous trouverez votre bonheur. N'hésitez pas à partager vos avis ou à me contacter si besoin (alittlematterwhatever[at]gmail[point]com). A bientôt !

The Memory book : Interview de Lara Avery !

Publié le 9 Mai 2016 par alittlematterwhatever

Lara Avery

Comme vous le savez peut-être, The Memory book a été un gros coup de coeur. Le livre sort bientôt chez nous, et à cette occasion, je vous propose une petite interview de Lara Avery, l'auteur du roman ! (The interview is available in English here !)

  • Pouvez-vous nous présenter The Memory Book ?

Élève de Terminale ambitieuse et féministe, Sammie McCoy perd peu à peu sa mémoire à cause d’une maladie cérébrale. Elle commence à écrire à une version future d’elle-même, en espérant ainsi inverser les effets de la maladie. Même quand ses rêves semblent s’envoler, elle se bat, observe le monde qui l’entoure et, alors qu’elle ne s’y attend pas, tombe amoureuse.

  • Comment vous est venue l’idée de The Memory Book ?

Mon éditrice, Annie Stone, et moi-même l’avons développée ensemble, avec également l’équipe de Alloy Entertainment.

  • Dans The Memory Book, Sammie écrit un livre à la future Sammie. Avez-vous commencé à écrire le livre de cette façon ou l’idée vous est-elle venue ensuite ?

On a commencé, dès le départ, à l’écrire de cette façon, ce qui rend le roman fluide à lire. Ça aide toujours de savoir à qui on s’adresse quand on écrit !

  • Beaucoup de romans mettent en scène des adolescents malades, généralement atteints d’un cancer, mais vous avez choisi une maladie inconnue : la pathologie de Niemann-Pick. Pourquoi ce choix ? Pouvez-vous expliquer ce qu'est cette maladie ?

Les symptômes de Niemann-Pick type C (NPC) sur le cerveau sont similaires à ceux de la démence ou de la maladie d'Alzheimer : le corps cesse de fonctionner correctement et des lipides (matières grasses) s'accumulent et bloquent les fonctions neurologiques. La NPC cause une dégénérescence des muscles, des nerfs, des organes et plus encore. C'est une maladie vraiment douloureuse et déchirante car les patients ne perdent pas seulement le contrôle de leurs corps, ils perdent également le contrôle de leurs émotions et de leur mémoire.

Beaucoup d’entre nous ont des grands-parents ou des parents atteints de démence (moi y compris), mais quand Annie (mon éditrice) a découvert l’existence de la maladie de Niemann Pick, il était d'autant plus inconcevable qu'une jeune personne puisse perdre la mémoire avant même d'avoir collecté deux décennies de souvenirs. Nous avons voulu explorer ce processus dans le but d'y trouver espoir et force, aussi improbable que cela puisse paraître.

J'ai lu tous ces romans sur des adolescents atteints de cancer, et j'imagine que c'est le cas d'autres lecteurs. Honnêtement, je ne suis pas fan de l’accent romantique que l’on met sur la diminution de jeunes femmes, que ce soit une fragilité émotionnelle ou une fragilité causée par une maladie. Ce genre de clichés, ces "Ophélie" : le tragique destin d'une adolescente à la vie trop vite fanée, et cetera. Non, merci !

Pour moi, il est devenu extrêmement important que Sammie ne s’apparente pas à ce type de figures littéraires. Et pourtant, le fait est que la NPC existe, et le cancer existe, et que ceux qui sont touchés par ces maladies devraient aussi avoir des histoires parlant de ce qu'ils vivent.

C'est pourquoi Sammie est celle qui "écrit le livre". Elle contrôle sa vie et choisit ce qu'elle veut révéler sur sa maladie. Elle décide quand elle veut montrer son côté optimiste, elle décide quand elle veut se montrer honnête et parler de la difficulté de sa situation, et même quand elle commence à se perdre, elle décide quand elle veut en développer les mauvais côtés.

On m'a déjà demandé pourquoi je n'entrais pas davantage dans les détails physiques pour décrire la maladie. Et ma réponse est la suivante : si vous étiez en train de mourir, de quoi voudriez-vous vous souvenir ? De l'angle exact de la perfusion dans votre bras ou d'une magnifique journée passée avec quelqu'un que vous aimez ? Je pense que Sammie choisirait la seconde option et j'ai toujours pensé que c'était son livre, pas le mien.

  • Quand vous avez écrit votre livre, avez-vous pensé à un message que vous souhaitiez transmettre aux lecteurs ?

Non, jusqu'à ce que cela soit fait ! Mais après coup, j'espère que ce roman incitera les jeunes femmes à mettre en scène leur vie de la façon dont elles le souhaitent - contrôler leur histoire, comme Sammie contrôle la sienne. À l'heure des réseaux sociaux, un journal intime peut sembler dépassé, mais quand on l'écrit, personne ne nous juge, il n'y a aucune honte à avoir, aucune gêne à se poser des grandes questions.

Je me souviens avoir été une adolescente pleine de vie et je donnais beaucoup de ma personne. Je n’étais pas moi-même selon mes interlocuteurs : avec les garçons que j'ai aimés, avec mes parents, professeurs et amis. Et à moins de se cacher, on demandera toujours à une femme de faire passer les autres avant elle, et pas seulement quand elles sont jeunes. Un journal intime, ou n'importe quel autre moyen d'expression choisi, est un petit monde que vous pouvez contrôler. C'est une part de vous que vous n'avez pas à abandonner et j'espère que chaque femme en prendra conscience.

  • Quand vous écrivez, est-ce que vous écoutez ou pensez à une chanson spécifique, un artiste ? Qu'est-ce qui vous inspire ?

Pour ce livre, j’ai écouté : The Department of Eagles, Hot Sugar, Radiohead, Memomena, et Beyonce (mais soyons réaliste, je pourrais la citer pour chaque livre car je l'écoute constamment).

La plupart du temps, je lance un morceau appelé “Disintegration Loops” de William Basinski. Il s'agit de l’enregistrement d'un orchestre qui tourne en boucle, jusqu'à ce que la bande s'use complètement. C'est bizarre, je sais, mais le bruit blanc m'aide à me concentrer.

  • The Memory Book va sortir en juillet aux USA, les lecteurs français vont donc être les premiers à découvrir votre nouveau livre (et ils vont vous découvrir tout court car The Memory Book est le premier de vos romans à paraître en France). Qu'est-ce que vous ressentez ?

C'est Fantastique ! (en français dans le texte) J'adore la France. J'ai déjà passé une semaine à Paris et mon film préféré, La science des rêves, a été réalisé par un français : Michel Gondry ! Je ne pouvais pas être plus heureuse à l’idée que des lecteurs français découvrent mon livre et j’ai hâte de savoir ce que vous en pensez !

  • Est-ce que vous savez déjà de quoi parlera votre prochain roman ?

J’en ai deux en cours pour le moment, mais je ne peux pas en dire trop. L'un prendra place dans un pensionnat, dans un futur proche, et dans l'autre, il sera question d’un barman, d’un soldat et d’un faux mariage. Les deux sont très amusants.

  • Avez-vous prévu de venir en Europe pour des dédicaces ou pour rencontrer vos lecteurs ?

J’aimerais beaucoup. Je n'ai pas le budget pour le moment, mais quand je l'aurai, j'adorerais rencontrer mes lecteurs européens.

  • Voulez-vous ajouter quelque chose pour la fin ? Un message à adresser à vos (futurs) lecteurs ?

J'espère que vous aimerez The Memory Book et que vous prendrez plaisir à lire l'histoire de Sammie autant que j'ai aimé l'écrire. Merci de lire – pas juste mon livre mais n'importe quel livre. S'il vous plait, n'arrêtez jamais !

Un énorme merci à Lara Avery pour sa disponibilité et sa gentillesse.
Suivez Lara Avery sur twitter : @LaraAvery

Et n'hésitez pas à suivre le tumblr de The Memory book, juste Ici !

Commenter cet article