Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
a little matter whatever

Entre imaginaire et réel, bienvenue chez moi.Critiques et actualités littéraires, coups de coeur et découvertes. J'espère que vous trouverez votre bonheur. N'hésitez pas à partager vos avis ou à me contacter si besoin (alittlematterwhatever[at]gmail[point]com). A bientôt !

La loi du coeur d'Amy Harmon ♪ Don't let me down ♪

Publié le 6 Juin 2016 par alittlematterwhatever in Critiques littéraires, Collection R, Amy Harmon, Romance

La loi du coeurAprès avoir dévoré Nos faces cachées et L’infini + un, il me tardait de découvrir La loi du cœur, le nouveau roman d’Amy Harmon ! Maintenant c'est chose faite... Verdict ?

Moïse est un bébé crack : un enfant né d’une mère accro à la drogue, un enfant que l’on sait d’avance perturbé. Pourtant, il fascine Georgie depuis son plus jeune âge. Alors, quand Moïse vient travailler au ranch des parents de la jeune fille, celle-ci ne peut s’empêcher d’essayer de se rapprocher de lui, quitte à se brûler les ailes.

Si j’avais hâte de découvrir La loi du cœur, j’ai rapidement déchanté. Le personnage de Moïse ne pose pas du tout problème : il fascine, c'est un héros aussi intéressant qu'attachant. Sa passion pour la peinture est extrêmement bien dépeinte, au point de visualiser extrêmement bien les tableaux que Moïse crée. Non, le problème du nouveau roman d’Amy Harmon, c'est son héroïne. Georgie est un personnage tête à claque que l’on veut frapper tout le long du roman : la fille collante et insistante. On nous la présente comme une adolescente à fort caractère mais elle se révèle être une vraie guimauve dès qu'il s’agit de Moïse. L’auteur fait d’elle une Mary-Sue, le personnage féminin qui va vivre toutes les misères du monde. Bref, le personnage agaçant par excellence !

Concernant l’intrigue, là aussi ça a été une grande déception. Tout tourne autour de la romance entre Moïse et Georgie : des « je t’aime, moi non plus » à n'en plus finir, au point d'en lasser le lecteur. Le déroulement de l’intrigue est prévisible (sauf pour les personnages), ce qui nous donne un grand sentiment de frustration : alors que l'on a deviné dès les premières pages ce qui allait se passer, les héros d’Amy Harmon restent dans le flou total (difficile d’en parler sans spoiler). Le « don » de Moïse est un plus pour l’histoire mais malheureusement, il est mal exploité : l'auteure reste trop en surface. Plutôt que de mettre en avant l'obsession maladive de Georgie sur Moïse, elle aurait mieux fait de développer davantage l'aspect fantastique.

Heureusement, l’alternance de points de vue nous permet de souffler : alors que les chapitres dans lesquels on suit Georgie sont une véritable torture, ceux mettant en scène Moïse sont agréables à lire. Le roman est également séparé en deux parties : Avant/Après. Et si la première moitié du livre a été pénible à lire, la seconde est un peu plus plaisante mais pas non plus transcendante.

Bref, vous l’aurez compris, La loi du cœur m’a laissée de marbre. L'alchimie entre les personnages n'a cette fois pas opérée, contrairement aux deux premiers romans de l’auteure, qui présentaient des personnages plus charismatiques. Dommage... J’espère que le prochain livre d’Amy Harmon me séduira davantage !

La loi du coeur d'Amy Harmon
Edition Robert Laffont (Collection R)
432 pages - 17€90

Madilyn Bailey - Don't let me down (cover)

Commenter cet article

Hortense 02/10/2016 13:58

Je l'ai terminé il y a deux jours et je crois que tu as parfaitement résumé l'avis que j'en avais. Même si j'ai pas spécialement accroché à Moise... J'avais adoré ses deux autres bouquins et celui là m'a laissé de marbre. Je n'ai même pas été ému par les malheurs que subissait Georgie. Bref, j'espère que le prochain Amy Harmon remontera un peu le niveau !

Mademoiselle Bouquine 11/06/2016 16:17

Je viens de le terminer, et j'avoue que j'ai le même avis que toi – peut-être un tout petit peu moins mitigé, la seconde partie m'ayant tout de même bien plu. Mais, MON DIEU, Georgie ! A-t-on déjà vu une héroïne plus fadasse qu'elle ?