Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
a little matter whatever

Entre imaginaire et réel, bienvenue chez moi.Critiques et actualités littéraires, coups de coeur et découvertes. J'espère que vous trouverez votre bonheur. N'hésitez pas à partager vos avis ou à me contacter si besoin (alittlematterwhatever[at]gmail[point]com). A bientôt !

Dis que je peux entrer... Tu peux entrer.

Publié le 21 Juillet 2011 par alittlematterwhatever in Critiques littéraires, Milady

Après deux adaptations cinématographiques, le best-seller suédois de John Ajvide Lindqvist sort enfin en format poche.  Encore une histoire de vampires, me direz-vous ! Effectivement, mais attention, on est loin de la bit-lit qui fleurit sur les étagères de nos libraires.

Lindqvist nous emmène dans sa ville natale : Blackeberg, une ville nouvelle, dont la construction a débuté dans les années 1950. Souvent, on ne résume l’histoire qu’à l’amitié qui va unir Oskar, petit garçon de douze ans, souffre-douleur de ses camarades, et Eli, une vampire de plusieurs siècles. Pourtant, Laisse-moi entrer, c’est aussi une série de destins croisés. Lacke, un alcoolique un peu paumé, Häkan, un mystérieux criminel, Tommy, un gamin indiscipliné, Virginia, une femme seule. Laisse-moi entrer est aussi leur histoire. On peut donc plus facilement résumer le livre comme étant un horrible fait divers qui touche la banlieue de Stockholm. 

J’ai été surprise d’apprendre que l’auteur était né dans la ville où se passent l’action du roman. En effet, l’image de Blackeberg n’est pas très flatteuse et malgré le côté surnaturel, Lindqvist en profite pour aborder certains thèmes forts : violence, alcoolisme, pédophilie. Le décor est froid, inquiétant. Pourtant, rien n’est totalement… noir. L’auteur joue constamment sur les contrastes : la monstruosité et l’innocence des personnages, la violence et l’amour, la vie et la mort. Tout est flou, jamais totalement net. Les morts ne le sont pas vraiment, les parents n’assument pas leur rôle de parents, les amis font souvent preuve d’égoïsme, même la nature d’Eli n’est pas claire :

-          Est-ce que tu es un vampire ?

-          Je… me nourris de sang. Mais je ne suis pas… ça.

On tourne donc les pages, complètement intrigué : on s’attend forcément à des révélations et je n’ai pas été déçue. John A. Lindqvist a su me surprendre en donnant une touche personnelle au thème des vampires. Il a réussi à renouveler un sujet déjà beaucoup exploité.

Pourtant paru en 2004, Laisse-moi entrer nous plonge au cœur des années 80. J’ai aimé la nostalgie que cette époque a insuflé au roman : l’arrivée du Rubik’s Cube, l’apogée du Heavy metal, avec des clins d’œil à Kiss ou à Iron Maiden, Lindqvist a su créer une ambiance particulière au livre : on sent qu’il ne nous fait pas de cadeaux. Tout est retranscrit, même les détails les plus gores. Il conviendra donc aux âmes sensibles de s’abstenir. L’écriture est fluide et rend ainsi la lecture facile. Une fois commencé, il est difficile de lâcher Laisse-moi entrer. On se retrouve happé par l’histoire. Et même si l’auteur fait de nombreuses descriptions, elles n’alourdissent pas le texte, bien au contraire, elles apportent une profondeur à l’histoire et font en sorte que le lecteur ait suffisamment de détails pour être intégré complètement à l’histoire, ce qui a été mon cas. J’ai été séduite par cette histoire d’amitié sur un fond d’horreur.

Je remercie Milady et Livraddict pour ce partenariat. Laisse-moi entrer est une très bonne surprise et une lecture que je recommande à tous les mordus de vampires qui veulent s’éloigner de la tendance Twilight. Le roman de J.A. Lindqvist écarte, en effet, le côté sentimental auquel semble associé les vampires aujourd’hui, comme en témoigne la bande annonce de Morse, l’adaptation cinématographique suédoise du livre.

 

 

 

Laisse moi entrer de John Ajvide Lindqviste

Edition Milady

640 pages - 9€

 

 

 

Commenter cet article

MyaRosaJ 28/07/2011 14:09


Moi aussi j'ai adoré ce roman. Une belle surprise, je n'ai pas réussi à le lâcher. J'ai maintenant hâte de regarder les deux adaptations.


alittlematterwhatever 28/07/2011 22:30



Pareil, autant l'une que l'autre finalement. J'ai un peu peur de la version américaine qui m'a l'air... de plus jouer sur les effets spéciaux.



Mei 23/07/2011 21:14


Oui, il parrait que la version américaine était édulcorée (ce qui ne m'étonne pas vraiment)
Par contre, je crois que j'ai un humour particulier. C'était drôle dans le sens "OMG les boulets ! C'est pas possible, naaaan"
Mais je pense que ça te plairait ^^


Mei 23/07/2011 08:17


Je connais Laisse-moi entrer uniquement par l'adaptation suédoise, qu'on m'avait conseillé d'aller voir. C'était un très bon film, plutôt drôle dans mon souvenir (oui, je sais, c'est plutôt
paradoxal vu les sujets abordés lol)

Ta chronique me donne envy de découvrir le livre à son tour... Je te l'emprunterais sans doute quand ma PAL sera moins élevée ^^


alittlematterwhatever 23/07/2011 09:02



Pas de souci pour l'emprunt XD.


Je suis curieuse et je me laisserai certainement tenter par le film un de ces jours. Tu le trouves drôle et ça m'intrigue XD. En tout cas, je penche plus pour l'adaptation suédoise, l'américaine
.... mm non, je ne sais pas.