Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
a little matter whatever

Entre imaginaire et réel, bienvenue chez moi.Critiques et actualités littéraires, coups de coeur et découvertes. J'espère que vous trouverez votre bonheur. N'hésitez pas à partager vos avis ou à me contacter si besoin (alittlematterwhatever[at]gmail[point]com). A bientôt !

Mais on pourrait au moins jeter un coup d'oeil vers le passé de temps en temps, et veiller sur nos rêves.

Publié le 7 Juillet 2011 par alittlematterwhatever in Critiques littéraires, Antje Babendererde, Bayard

"Mais ce n'est pas une honte d'avoir peur, Cooper. Il faut juste la regarder en face. Il faut regarder le monstre en face." Une petite phrase qui dit tout.
Ce livre
, je l'avais depuis longtemps dans ma bibliothèque mais je ne trouvais pas ni la force ni le courage de le commencer. Car je savais que cette lecture allait me bouleverser et ça n'a pas râté
.

A
tout juste quinze ans, Sofie vient de perdre sa mère. Pour se rapprocher d'elle, son père lui propose de venir avec lui aux Etats Unis alors qu'il doit faire un reportage dans une réserve indienne. Après quelques hésitations, l'adolescente accepte. Partir pour quitter Berlin, où elle ne sent pas à sa place ; partir et essayer de se rapprocher de ce père qui l'a trop souvent délaissé pour son travail
.
Elle déb
arque donc près de Neah Bay elle va rencontrer Javid, un garçon de son âge qui petit à petit va lui redonner le goût de vi
vre.

Voilà,
je ne vous en dis pas plus ! Mais ne vous attendez pas à une banale histoire d'amour mielleuse. Antje Babendererde nous a écrit un livre bien plus intelligent. Pleins de thèmes y sont abordés en toute subtilité. Le deuil, la tolérance, l'environnement, l'adolescence, la confiance en soi et l'amour.

C'est une vrai perle à lire. Sofie est une héroïne touchante et attachante. On évolue avec elle, on pleure, on rit. Quand à Javid, il donne une bouffée d'oxygène à ce livre qui aurait pu être déprimant. Leur relation n'a rien de niaise. Sofie et Javid discutent beaucoup, ils partagent leurs points de vue, leurs cultures.
Si
les personnages m'ont touchés, le décor m'a, quand à lui, transporté. Je suis littéralement tombée amoureuse de Neah Bay. L'océan, les plages, le village indien. D'ailleurs, le lieu m'a plusieurs fois fait sourire. En effet, Neah Bay est une réserve indienne située dans la péninsule d'Olympic, non loin de La Push et de Forks. Enfin, la comparaison s'arrête là, on a le droit dans Le chant des Orques à un paysage lumineux et chaleur
eux.

Pour f
inir, je comparerais "Le chant des orques" à un bonbon, tout tendre et tout doux. A consommer sans modération !
 

Le Chant des orques de Antje Babendererde
Edition : Bayard Jeunesse
386 pages - 11,90€

 

Commenter cet article